Le recruteur: arnaqueur ou allié?

À l’aube de la nouvelle année qui arrive à grands pas, on peut se questionner sur le nouveau profil du recruteur qui se dessine devant nous. Si autrefois les recruteurs pouvaient se contenter d’afficher passivement des postes (post and pray) et d’envoyer à leurs clients les trois meilleurs (pour ne pas dire les trois moins pires) curriculum vitae reçus, aujourd’hui, les attentes employeur-candidat ont bien changées. Force est d’admettre que cette méthode archaïque de recrutement n’avait pas une très grande valeur ajoutée.

Qu’on se le dise: étant donné la conjoncture du marché de l’emploi, les candidats ont le choix. Horaire variable, programme de bonification, télétravail, et j’en passe. Les employeurs redoublent d’efforts pour attirer les meilleurs talents. C’est là que le rôle du recruteur intervient. Afin de bâtir son réseau et sa réputation, le recruteur doit trouver et séduire les candidats. Ici, on distingue rapidement les personnalités les plus charismatiques et les plus démarcheuses. Il faut utiliser tous les moyens technologiques, psychologiques et physiques pour attirer les talents dans son réseau. Out le processus passif, on saute à pieds joints dans l’action! Rencontres virtuelles ou physiques, cold call, réseaux sociaux professionnels et personnels, etc.

Un opportunisme à peine masqué

C’est un fait, le candidat qui a développé une relation de confiance avec un certain recruteur sera plus enclin à se tourner vers celui-ci lorsqu’il songera à réorienter sa carrière. Le lien de confiance peut être établi facilement et rapidement par un coup de fil, une rencontre exploratoire autour d’un café, un échange de textos; le recruteur d’aujourd’hui est imaginatif! Une fois ce lien soudé, ce même candidat sera davantage intéressé à considérer une offre de carrière venant du recruteur qu’il côtoie.

Le recruteur moderne se distingue aussi par son sens des affaires. Chaque rencontre peut éventuellement devenir payante. Rencontrer un ingénieur de procédés du secteur mécanique autour d’une bière au bar? Fine! On échange nos numéros et voilà, un nouveau contact.

Alors, en quoi le recruteur moderne est-il un allié, me demanderez-vous? Après tout, il séduit et use de stratégies pour réseauter et se rapprocher des candidats. Il y a certainement de bonnes raisons de se méfier, non?

La responsabilité sociale du recruteur

Eh bien, la réponse est simple: l’humain derrière le recruteur fait toute sa valeur. Un allié prendra le temps de connaître ses candidats, de suivre ses aspirations professionnelles, de comprendre sa réalité et de l’aider dans son développement. La réalité dans la chasse de tête, c’est que l’on attire des candidats en emploi pour les placer dans les entreprises de nos clients. Nous avons donc une immense responsabilité sociale. Débaucher une personne sans s’assurer qu’elle s’épanouira est non seulement irresponsable, mais constitue également un manque de respect flagrant, et ce autant pour l’employeur que pour l’employé. Après tout, qui veut d’un employé à qui l’on a enjolivé le poste afin de le leurrer en emploi et qui ne restera que quelques mois en réalisant la réalité des choses? Pas moi!

Notre rôle est donc d’assurer le meilleur fit entre les candidats et les employeurs. Oui, cela prend du temps. Oui, cela occasionne des frais pour les employeurs. La réalité, c’est que de recruter la mauvaise personne ou de subir un manque de main-d’oeuvre coûte très cher à une entreprise. Pour les candidats, l’approche d’un recruteur lui permet de parler ouvertement de ses aspirations, sans égard à ce que son interlocuteur veut entendre. Après tout, le recruteur ne représente pas l’employeur et n’a aucun intérêt à prendre part à ce jeu de séduction qu’est souvent l’entrevue.

Une approche humaine et proactive

Chez Drouin Ressources humaines, nous rencontrons fréquemment des candidats sans avoir de poste à combler vers lequel les diriger dans l’immédiat. En résulte ce que nous appelons le dossier carrière, bâtit sur mesure pour le candidat après avoir ciblé ses aspirations professionnelles. C’est un processus par lequel nous devenons son principal allié dans son cheminement professionnel. Tout va vite désormais. Il faut agir rapidement et établir dès aujourd’hui des connexions qui seront utiles pour les années à venir.

À tous les employeurs, je suis consciente que la réputation du rôle du recruteur est malmenée. Prenez donc le temps de bien choisir votre recruteur. Vous constaterez que celui-ci sera votre meilleur allié pour la croissance de votre entreprise.

À tous mes collègues en ressources humaines, il est temps de redonner à cette profession toutes les lettres de noblesse qui lui sont dues. Montrons que l’éthique, le professionnalisme et le respect ont toujours été au coeur de nos préoccupations.

Finalement, à mes amis recruteurs (eh oui, j’ai des amis dans ma concurrence!), je sais que la plupart d’entre vous agissez en tant qu’allié. Soyez donc vous aussi fiers de la valeur humaine que vous apportez dans le marché de l’emploi. Tous ensemble, positionnons-nous comme des acteurs de changement en ce sens, et tous en seront gagnants!